13 Mar

Pour améliorer la connaissance des populations togolaises sur l’albinisme afin de contribuer à réduire la discrimination et la stigmatisation des personnes qui en sont atteintes, l’ANAT a organisé, de nouveau, au cours du mois de mars 2020, une campagne de sensibilisation sur cette maladie en ciblant particulièrement les milieux ruraux du pays.

En effet, du  02 au 08 Mars 2020, des villages et cantons de Dapaong, Mango, Kara, Bassar, Sokodé, Sotouboua, Atakpamé Kpalimé et Aného ont été investis par les représentants préfectoraux de l’ANAT pour expliquer aux populations de ces localités ce qu’est l’albinisme, ses causes, ses manifestations ainsi que les risques de maladies cutanées et oculaires qui en sont liés.

Le choix des milieux ruraux s’explique par le fait que c’est dans ces zones que l’albinisme est le plus mal compris et le rejet social des personnes atteintes d’albinisme, le plus enraciné. Parmi les personnes sensibilisées, il y avait des autorités communautaires et des leaders d’opinion comme les chefs traditionnels, les chefs religieux et les enseignants.

Cette campagne a permis de corriger de fausses informations sur la maladie. Il a donc été expliqué, de manière pédagogique, que :

  • l’albinisme n’est pas une situation extraordinaire bénéfique ou maléfique ; il s’agit d’une insuffisance de production par l’organisme de l’élément qui donne la couleur noire à la peau et aux cheveux en particulier ;
  • la naissance d’enfants atteints d’albinisme n’est pas la traduction d’une faute qui aurait été commise par la mère au cours de la période de grossesse mais le résultat de l’apport de l’albinisme par les deux parents qui sont tous porteurs de la maladie ;
  • dire que les personnes atteintes d’albinisme ne voient pas est faux et stigmatisant : elles ne voient pas de loin en raison d’un dysfonctionnement interne des yeux ;
  • la consommation de certains aliments comme le sel de mer, le piment, l’huile de palme ou autres n’est pas la cause des plaies et des tâches sur la peau des personnes atteintes d’albinisme ; ce sont essentiellement les rayons solaires qui sont responsables de la dégradation de la peau ;
  • l’albinisme n’est pas une maladie contagieuse ou honteuse et les personnes qui en souffrent ne doivent pas faire l’objet de stigmatisation et de marginalisation.

Des brochures d’information sur l’albinisme ont été distribuées aux participants, lors de ces séances de sensibilisation. Des émissions ont également été animées sur les radios communautaires afin de toucher le plus grand nombre de populations possible.

Il faut rappeler que ces campagnes de sensibilisation bénéficient du soutien financier de la Fondation Pierre Fabre et se déroulent chaque trimestre dans plusieurs préfectures du Togo depuis 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *