13 Déc

Le 10 décembre 2019, l’association nationale des personnes atteintes d’albinisme au Togo (ANAT) a organisé une conférence de presse à Lomé à l’issue de laquelle elle a interpelé le gouvernement togolais et les agences des Nations Unies au Togo sur la nécessité de mettre en œuvre le Plan d’action régional sur l’albinisme en Afrique.

Face à la recrudescence des agressions et des actes d’exclusion sociale à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme en Afrique, un Plan d’action régional sur l’albinisme en Afrique a été élaboré pour la période 2017-2021. Approuvé en mai 2017 par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, ce Plan d’action semble très peu connu du gouvernement togolais et des agences des Nations Unies au Togo alors qu’il a été élaboré sous l’autorité de l’Experte indépendante des Nations Unies pour les personnes atteintes d’albinisme.

Selon l’Experte de l’ONU, depuis 2006, plus de 700 attaques et autres violations des droits perpétrées contre des personnes atteintes d’albinisme ont été signalées dans 28 pays d’Afrique, y compris le Togo. Ces chiffres se réfèrent aux seuls cas signalés car de nombreux autres cas ne seraient pas signalés en raison de l’implication des membres de la famille et de l’absence de mécanisme de suivi. C’est pourquoi le Plan d’action préconise 15 mesures concrètes issues des recommandations formulées par les mécanismes de défense des droits de l’homme de l’ONU et de l’UA pour prévenir ces agressions et promouvoir les droits humains de cette catégorie de personnes.

Sur l’ensemble des 15 mesures, 09 sont en cours d’exécution au Togo dont 08 sont essentiellement mises en œuvre par l’ANAT. Pour l’instant, l’Etat a exclusivement exécuté une seule mesure (N°9 : lutte contre l’impunité) et a contribué à l’exécution de 02 autres (N° 10 : soutien aux victimes et N° 14 : accès à des soins de santé adéquats). L’ANAT interpelle vivement le gouvernement à procéder à la mise en œuvre de deux mesures phares qui s’inscrivent dans l’axe 3 du PND et qui auront un grand impact positif sur l’amélioration des conditions de vie des personnes atteintes d’albinisme de notre pays. Il s’agit de la mesure 12 : création du poste d’agent spécialisé dans le domaine de l’albinisme dans un ministère et de la mesure 15 : application du principe d’« intersectionnalité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *